Sponsoring

Hypo Advisors SA et ses collaborateurs sont très fiers de soutenir financièrement la jeune Flore Espina, sportive handicapée, dans son but de participer aux Jeux Paralympiques de Tokyo sous les couleurs de la Suisse en 2021

Un grave accident de moto a radicalement changé la vie de Flore Espina. Mais sa passion pour les sports équestres était plus forte que le handicap physique avec lequel elle a dû apprendre à vivre. Aujourd’hui, la sportive dynamique représente la Suisse dans le cadre de perspective de la discipline de Para-Dressage.

Flore Espina rêve qu’un jour, en Para-Dressage, elle pourra représenter la Suisse lors des Jeux Olympiques. ©Alberto Martínez Bracero

Quand l’étalon espagnol Quincel de Valdesol donne le meilleur de lui-même dans le carré de sable avec Flore Espina sur son dos, le binôme offre une parfaite fusion. Le gris réagit de façon très volontaire aux aides de sa cavalière et même dans les exercices les plus exigeants, il met du coeur dans tout ce qu’il entreprend. Pour la Neuchâteloise de 35 ans, ce n’est pas une évidence de «danser» ainsi dans le sable car sa jambe gauche a dû être amputée au-dessous du genou suite à une gangrène.

Terre de cheval et patrie d’adoption: l’Espagne

Quand Flore Espina a commencé à monter à cheval à l’âge de 4 ans lors de vacances en Espagne, elle ne pouvait pas savoir que 30 ans plus tard, ce pays et ses chevaux détermineront sa vie.

Après cette première expérience équestre en Espagne, les chevaux ne l’ont plus lâchée. Son enfance au Val-de-Travers a été dédiée à l’équitation, plutôt orientée vers le Saut. A 19 ans, elle décida de partir vivre en Espagne afin d’étudier la médecine vétérinaire. Mais la réalité a été tout autre: en août 2006, elle subit un grave accident de moto avec comme conséquence une fracture ouverte du tibia et du péroné de sa jambe gauche. Malheureusement, son séjour à l’hôpital s’est compliqué et sa jambe s’est gangrenée. Par la suite, sa jambe gauche a dû être amputée au-dessous du genou.

Lors de son premier mois d’hospitalisation, elle subit 21 interventions chirurgicales. Elle souffrit d’une gangrène très avancée et ses organes internes commencèrent à lâcher. «J’ai passé plus d’un mois aux soins intensifs, mais finalement, mon envie de vivre a gagné», raconte la battante.

Pour Flore Espina, le cheval est non seulement un compagnon de loisir, mais aussi la motivation de surmonter les défis quotidiens. ©màd

Reprise de confiance en elle grâce au Para-Dressage

Après plus de 100 jours d’hospitalisation, Flore Espina sortit de l’hôpital et dut s’adapter à sa nouvelle vie sans jambe: «J’avais alors 21 ans, un corps mutilé et il me fallait dès lors tout réapprendre: à marcher, à me lever, à soutenir le regard des autres.»

Lors de la première année de réhabilitation, elle ne put pas utiliser de prothèse car ce qui restait de sa jambe était trop endommagé. Elle était donc condamnée à la chaise roulante ou aux béquilles. La réhabilitation était lente et ciblée aux personnes âgées amputées en conséquence du diabète pour la plupart. Elle n’avançait pas et elle était plutôt frustrée par sa nouvelle situation.

Puis un jour, elle décida de se battre et de se lever chaque jour: «J’ai décidé de profiter de cette deuxième opportunité de vivre qui m’était donnée.» C’est à ce moment-là qu’elle rencontra une cavalière de Dressage allemande qui lui proposa d’essayer ensemble de remonter à cheval. Ainsi, Flore Espina reprit l’équitation. Cependant, le début fut très compliqué: «Je n’avais aucune force physique et en plus, j’étais psychologiquement affaiblie. Mais petit à petit, cela m’a permis de me réhabiliter tant physiquement qu’émotionnellement.»

Flore Espina comme mannequin pour la start-up UNYQ qui produit, entre autre, des couvertures prothétiques au design personnalisé. © uniq.com

Collaboration avec un élevage de chevaux PRE

Peu de temps après, la jeune maman d’un petit garçon termina ses études de médecine vétérinaire à l’Université de Cordoue (ESP) et déménagea avec son fils dans la province de Cadix.

C’est à ce moment-là qu’elle commença à participer à des compétitions de Para-Dressage. Pour ce faire, un élevage de la région lui prêta un étalon de pure race espagnole (PRE): Quincel de Valdesol. En 2019, Flore Espina intégra le cadre de perspective suisse de Para-Dressage et défendit les couleurs de la Suisse la première fois lors d’une compétition internationale à Lisbonne (POR).

Depuis quelques semaines, Flore Espina a la possibilité de monter une jument KWPN de 14 ans dont la propriétaire est acquise au projet de l’enthousiaste athlète de Para-Dressage. L’entraînement avec sa nouvelle monture Báltica de Encinasola se passant bien, ce binôme prometteur a déjà pris part avec succès à deux compétitions nationales 3* et vient de remporter le championnat d’Andalousie. Au printemps prochain, Flore et Báltica envisagent deux départs en compétitions internationales qui seront qualificatifs pour les J.O. de Tokyo.

La sportive polyvalente qui au-delà de l’équitation pratique entre autres l’escalade, le surf, le kayak et le vélo et qui travaille comme mannequin pour différentes marques ne se révolte pas contre son passé, mais porte son regard vers l’avenir avec un objectif clair en vue: participer aux Jeux Olympiques.